L
ADING

Sayeeda Warsi – l’ancien ministre conservateur , a accusé les journaux britanniques d’islamophobie et de discours de haine

 

JOURNALISTE
GNS – INTERNATIONALE PRESSE ASSOCIATION
https://www.facebook.com/JosephDon6
www.newsfeedcom.com
https://en-marche.fr/
https://en-marche.fr/articles/actualites/statuts
https://en-marche.fr/charte.pdf

Sayeeda Warsi, l’ancien ministre conservateur du gouvernement, a accusé les journaux britanniques d’islamophobie et de discours de haine et a appelé à une enquête parlementaire sur la question.Lady Warsi, la première femme musulmane à occuper un poste ministériel, a déclaré que le discours de haine dans la presse était devenu un fléau avec les musulmans, la cible principale.Elle a donné des exemples du Daily Express, du Daily Mail, du Sun et du Times dans son discours.L’ancien avocat donnait la cinquième conférence annuelle .Elle a démissionné du gouvernement en 2014 pour sa politique moralement indéfendable à Gaza. Warsi a déclaré que la haine était une réalité quotidienne pour les musulmans en Grande-Bretagne en 2017, ajoutant Dans des sections de notre presse, il est implacable et délibéré. L’utilisation régulière et méthodique des pouces et des colonnes en papier pour créer, alimenter et augmenter les soupçons et les hostilités dans notre société, éloigner les communautés et créer une peur et une détresse inouïes et inutiles. Sun a ordonné d’admettre l’histoire des musulmans britanniques était significativement trompeuse. Empoisonnant notre discours public, il est presque impossible d’avoir des discussions raisonnables sur de vrais défis, évinçant la tolérance, la raison et la compréhension.

Et cette approche goutte-goutte a créé un environnement toxique où les crimes de haine est le plus élevé depuis le début des enregistrements. Elle a poursuivi Le discours de haine dans la presse est devenu un fléau, une épidémie. Les façons d’expression que je pensais avoir laissées derrière Enoch Powell dans les années 1960 sont maintenant la nouvelle normalité.Ceci n’est pas seulement le cas de deux ou trois quotidiens notoires, mais aussi de documents que certains considèrent toujours comme responsables et éthiques. Le discours de haine antimusulman est en train de devenir monnaie courante même dans les parties les plus respectables» de la presse et c’est pourquoi il devient de plus en plus dangereux.

Related posts