L
ADING

Transparency International, the global anti-corruption : Azerbaïdjan

Article : Transparency International

Transparency International, the global anti-corruption organisation, is calling for politicians, banks and businesses that helped to launder the reputation of Azerbaijan across Europe to be investigated and, if appropriate, for the perpetrators to be sanctioned.

The anti-corruption organisation will launch national and international advocacy campaigns targeted at strengthening anti-money laundering practices, identifying individual wrong-doing and calling for international organisations, including the Council of Europe, to investigate allegations of inappropriate behaviour and take corrective action.

This follows an investigation carried out by journalists in six countries (Czech Republic, Denmark, France, Germany, United Kingdom and United States) into a shady financial network that appears to have funnelled money from a US$2.9 billion Azeri slush fund to pay decision-makers and prominent individuals across Europe.

“It is shocking to see that some politicians at respected bodies like the Parliamentary Assembly of the Council of Europe are up for sale and are willing to turn a blind eye to corruption and human rights abuses for cash. They must be sanctioned and we will put pressure on the authorities to take action. The story does not end here,” said José Ugaz, Chair of Transparency International.

The investigation names, Danske Bank, a prominent bank in Denmark and specifically its branch in Estonia as the centre of the financial network. It also identifies four shell companies set up in the UK with secret offshore owners that received money from the slush fund. In addition, individuals and businesses are reported to have received payments from these companies in Germany and the UK.

The reports describe how politicians and consultants who received the money were in a position to influence decisions about Azerbaijan’s human rights record at the Parliamentary Assembly of the Council of Europe (PACE). The purpose of the payments appears to have been to limit the effects of damaging information regarding human rights and election fraud that would have brought the country into greater disrepute.

“These investigations show that even in countries where corruption risks are considered low like Denmark, which ranks at the top of Transparency International’s Corruption Perceptions Index, the regulatory bodies are still behind in enforce anti-money laundering legislation,” added Ugaz.

Transparency International, as part of a partnership with the Organised Crime and Corruption Reporting Project that broke the story, will pressure the appropriate authorities to ensure that any wrongdoing is both investigated and punished, and that regulatory loopholes are closed.

As first steps, Transparency International will:

  • Present evidence to the special corruption investigative group at PACE on 7 September and ask for a full, transparent investigation
  • Provide a dossier relating to the investigation with the US authorities since the International Bank of Azerbaijan is based in the United States.

The slush fund also supported the lavish lifestyles of the ruling family of Azerbaijan and a crony network of accomplices, including business leaders and politicians both in Germany and elsewhere. The investigations uncovered that the money was used to buy a football club, jewellery and major real estate in the Czech Republic.

Transparency International will also:

  • Call on the authorities in the Czech Republic, Denmark and Germany to investigate the role of shell companies with secret ownership and push for public registers of beneficial ownership
  • Call on the authorities in those countries to tighten and implement anti-money laundering procedures
  • Call for full investigations into those receiving “dirty money” at the international, regional and national levels
  • Ask citizens across Europe to write to their parliamentarians who attend the Parliamentary Assembly of the Council of Europe to adopt stronger integrity standards in light of serious allegations of corruption and manipulations.
  • *****************************************************

Transparency International, l’organisation mondiale de lutte contre la corruption, appelle les politiciens, les banques et les entreprises qui ont contribué à blanchir la réputation d’Azerbaïdjan en Europe pour y être enquêté et, le cas échéant, pour que les auteurs soient sanctionnés.

L’organisation anti-corruption lancera des campagnes de plaidoyer nationales et internationales visant à renforcer les pratiques de lutte contre le blanchiment de capitaux, à identifier les fausses intentions individuelles et à appeler les organisations internationales, y compris le Conseil de l’Europe, à enquêter sur des allégations de comportements inappropriés et à prendre des mesures correctives.Cela fait suite à une enquête menée par des journalistes dans six pays (République tchèque, Danemark, France, Allemagne, Royaume-Uni et États-Unis) dans un réseau financier ombragé qui semble avoir mobilisé de l’argent à partir d’un fonds de liquidation azerbaïdjanais de 2,9 milliards de dollars US pour payer les décisions, des fabricants et des personnalités en Europe.”Il est choquant de voir que certains politiciens de corps respectés comme l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sont en vente et sont prêts à fermer les yeux sur la corruption et les atteintes aux droits de l’homme en espèces. Ils doivent être sanctionnés et nous exercerons des pressions sur les autorités pour qu’ils prennent des mesures. L’histoire ne se termine pas ici “, a déclaré José Ugaz, président de Transparency International.

L’enquête dénote, Danske Bank, une banque éminente au Danemark et plus précisément sa branche en Estonie comme centre du réseau financier. Il identifie également quatre sociétés de coquillages mises en place au Royaume-Uni avec des propriétaires secrètes offshore qui ont reçu de l’argent du fonds de liquidation. En outre, les particuliers et les entreprises auraient reçu des paiements de ces entreprises en Allemagne et au Royaume-Uni.Les rapports décrivent comment les politiciens et les consultants qui ont reçu l’argent étaient en mesure d’influencer les décisions concernant le bilan des droits de l’homme en Azerbaïdjan à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (PACE). Le but des paiements semble avoir été de limiter les effets des informations dommageables concernant les droits de l’homme et la fraude électorale qui auraient rendu le pays plus déconsidéré.”Ces enquêtes montrent que, même dans les pays où les risques de corruption sont considérés comme bas comme le Danemark, qui se classe au sommet de l’Indice de perception de la corruption de Transparency International, les organismes de réglementation sont encore en retard dans la mise en vigueur de la législation anti-blanchiment”, a ajouté Ugaz.

Transparency International, dans le cadre d’un partenariat avec le projet de déclaration de la criminalité organisée et de la corruption qui a brisé l’histoire, fera pression sur les autorités compétentes pour s’assurer que tout acte répréhensible est à la fois enquêté et puni et que les échappatoires réglementaires sont fermées.Au premier pas, Transparency International:

Présenter des preuves au groupe spécial d’enquête sur la corruption au PACE le 7 septembre et demander une enquête complète et transparente
Fournir un dossier relatif à l’enquête auprès des autorités américaines puisque la Banque internationale d’Azerbaïdjan est basée aux États-Unis.
Le fonds de liquidation a également soutenu les modes de vie somptueux de la famille dirigeante d’Azerbaïdjan et un réseau de complices, notamment les chefs d’entreprise et les politiciens en Allemagne et ailleurs. Les enquêtes ont révélé que l’argent était utilisé pour acheter un club de football, des bijoux et des biens immobiliers majeurs en République tchèque.

Transparency International sera également:

Demandez aux autorités de la République tchèque, du Danemark et de l’Allemagne d’enquêter sur le rôle des entreprises en chantier avec la propriété secrète et de promouvoir les registres publics de la propriété effective
Appeler les autorités de ces pays à resserrer et à mettre en œuvre des procédures anti-blanchiment
Appel à des enquêtes complètes sur les personnes qui reçoivent une «monnaie sale» aux niveaux international, régional et national
Demandez aux citoyens de toute l’Europe d’écrire à leurs parlementaires qui assistent à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pour adopter des normes d’intégrité plus fortes à la lumière des allégations sérieuses de corruption et de manipulations.

Joseph Don

Related posts

Leave a Comment