L
ADING

Israeli army kills 17 Palestinians in Gaza protests

JOURNALIST
GNS – INTERNATIONALE PRESSE ASSOCIATION
http://newsfeedcom.com/
https://en-marche.fr/
http://www.elysee.fr/

L’armée israélienne a accusé l’organisation terroriste palestinienne du Hamas d’avoir envoyé une fillette de 7 ans à la barrière de sécurité de Gaza lors de manifestations meurtrières vendredi dans l’enclave côtière.elon l’armée, la jeune fille a été repérée par des soldats alors qu’elle s’approchait de la barrière de sécurité. Les soldats, qui se trouvaient du côté israélien, ont rencontré la jeune fille alors qu’elle atteignait la clôture, a déclaré un porte-parole de l’armée.

Le porte-parole arabe de l’armée, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, a écrit sur Twitter aux résidents de Gaza que le Hamas profitait d’eux en les envoyant à la frontière où ils « se mettent en danger ».

Plus de 1 000 personnes ont été blessées dans des affrontements le long de la frontière vendredi. Le porte-parole de Tsahal a ensuite déclaré que tous les morts avaient entre 18 et 30 ans et qu’au moins deux d’entre eux étaient des membres du Hamas.

« Le Hamas vous utilise et détourne votre attention de sa responsabilité de prendre soin de vous et de gouverner la bande de Gaza. Le Hamas vous sacrifie pour avancer dans des agendas inutiles et gaspille des millions au lieu de les investir dans votre bien-être », a écrit Adraee.

« Ne laissez pas le Hamas vous utiliser ! Ne vous mettez pas en danger pour rien. Vous méritez un meilleur avenir que ce que le Hamas a prévu ! Vous méritez plus qu’une réalité de violence, d’incitation et de terrorisme », a-t-il ajouté.                                                                                                                          ******************************************************

 

Aljazeera Report

L’Autorité palestinienne a déclaré samedi une journée de deuil national après que 17 Palestiniens eurent été tués par les forces israéliennes alors que des milliers de personnes marchaient près de la frontière avec Israël lors d’une grande manifestation marquant le 42ème anniversaire du Jour de la Terre.

Les écoles, les universités ainsi que toutes les institutions gouvernementales à travers le pays partiront samedi, conformément à la décision du président Mahmoud Abbas de proclamer un jour de deuil national pour les âmes des martyrs “, a indiqué un communiqué publié vendredi.

Plus de 1 400 autres personnes ont été blessées après que les forces israéliennes aient tiré à balles réelles sur des manifestants et utilisé des gaz lacrymogènes pour les repousser d’une clôture fortement fortifiée, selon le ministère palestinien de la Santé.

La manifestation de vendredi commémorait le Jour de la Terre, qui a eu lieu le 30 mars 1976, lorsque six Israéliens palestiniens non armés ont été tués par les forces israéliennes lors de manifestations contre la décision du gouvernement israélien d’exproprier des terres palestiniennes massives.

Des coups de feu tirés sur des civils non armés constituent une violation brutale de l’obligation légale internationale de faire la distinction entre civils et combattants “, a déclaré le groupe dans un communiqué.

Les organisateurs de la marche de vendredi, surnommée la Grande Marche de retour, ont déclaré que le message principal de la manifestation était d’appeler au droit au retour des réfugiés palestiniens.

Environ 70% des deux millions d’habitants de Gaza sont des descendants de Palestiniens qui ont été chassés de leurs foyers dans les territoires occupés par Israël pendant la guerre de 1948, connue par les Arabes sous le nom de Nakba.

*******************************************

The Palestinian Authority has declared Saturday a day of national mourning after 17 Palestinians were killed by Israeli forces as thousands marched near Gaza’s border with Israel in a major demonstration marking the 42nd anniversary of Land Day.

Schools, universities as well as all government institutions across the country will be off on Saturday, as per President Mahmoud Abbas’ decision to declare a day of national mourning for the souls of the martyrs,” a statement issued on Friday said.

More than 1,400 others were wounded after Israeli forces fired live ammunition at protesters and used tear gas to push them back from a heavily fortified fence, according to the Palestinian Ministry of Health.

Friday’s demonstration commemorated Land Day, which took place on March 30, 1976, when six unarmed Palestinian citizens of Israel were killed by Israeli forces during protests against the Israeli government’s decision to expropriate massive tracts of Palestinian-owned land.

Live gunfire on unarmed civilians constitutes a brutal violation of the international legal obligation to distinguish between civilians and combatants,” the group said in a statement.

Organisers of Friday’s march, dubbed the Great Return March, said the main message of the demonstration was to call for the right of return for Palestinian refugees.

Some 70 percent of Gaza’s two million population are descendants of Palestinians who were driven from their homes in the territories taken over by Israel during the 1948 war, known to Arabs as the Nakba.

Protesters in Gaza gathered in five different spots along the border, originally positioned about 700 metres away from the fence.

According to the ministry, the majority were injured in live fire, rubber-coated steel bullets and tear gas inhalation.

Mohammed Najjar, 25, was shot in the stomach in a clash east of Jabalia in the northern Gaza Strip, while Mahmoud Muammar, 38, and Mohammed Abu Omar, 22, were both shot dead in Rafah, the Palestinian health ministry said in a statement on Friday. Other victims were Ahmed Odeh, 19, Jihad Freneh, 33, Mahmoud Saadi Rahmi, 33, Abdelfattah Abdelnabi, 22, Ibrahim Abu Shaar, 20, Abdelqader al-Hawajiri, Sari Abu Odeh, Hamdan Abu Amsheh, Jihad Abu Jamous, Bader al-Sabbagh and Naji Abu Hjair, whose ages remain unknown.

Earlier on Friday, Omar Waheed Abu Samour, a farmer from Gaza, was also killed by Israeli artillery fire while standing in his land near Khan Younis, just hours before the demonstrations.

There has been no confirmation from the Israeli army of the attack that killed Samour.

Adalah, a legal centre for Palestinian rights in Israel, condemned the Israeli army’s use of force, calling it a violation of international law.What ever the reasons you never kill the children.

Related posts