L
ADING

Australia has ‘golden opportunity’ to help world refugees -L’Australie a une «opportunité en or» pour aider les réfugiés du monde

JOURNALISTE    GNS – INTERNATIONALE PRESSE ASSOCIATION

L’Australie a une “opportunité en or” pour aider à renforcer la protection mondiale des réfugiés pour le 21ème siècle et à « préempter les chocs futurs» des migrations forcées dans la région, affirme un nouveau document du Lowy Institute.

L’Asie-Pacifique est confrontée à la possibilité d’une migration forcée massive, causée par des conflits, des changements climatiques ou des bouleversements politiques, et il est dans les intérêts nationaux de l’Australie de contribuer et de façonner le nouveau pacte international sur les réfugiés, l’auteur du rapport et le Dr Khalid Koser, membre de Lowy. dit The Guardian à Sydney.

“L’Australie est le pays clé et riche dans cette partie du monde, c’est l’une des rares parties à la convention des réfugiés, mais cela ne doit pas être complaisant”.

Il est temps d’agir: le député libéral appelle l’Australie à prendre des réfugiés de Manus et Nauru. Reconnaissant les controverses en cours entourant les politiques de la ligne dure de l’Australie sur les arrivées en bateau – en particulier les renversements de bateaux forcés et la détention indéfinie en mer – Koser a déclaré que la planification actuelle devait tenir compte des flux migratoires au cours des prochaines décennies.En ce moment, les choses sont bonnes en Australie, il y a certainement des problèmes, mais vous avez reculé les bateaux, vous avez une gestion de la migration, vous avez la gestion de la réinstallation. Cependant, s’il y a de grands problèmes environnementaux, s’il y a une guerre en Papouasie-Nouvelle-Guinée, si Isis s’enracine aux Philippines, il pourrait y avoir un grand nombre de personnes qui tentent de venir en Australie, et il devrait être intéressant de faire en veillant à ce que le régime international des réfugiés réagisse plus efficacement.

Des signes de futures migrations de masse sont déjà présents: l’oppression gouvernementale violente de la minorité ethnique Rohingya dans l’État de Rakhine au Myanmar a envoyé des dizaines de milliers de personnes fuir les frontières de ce pays; Les combattants inspirés d’Isis ont défié les forces gouvernementales philippines sur l’île de Mindanao depuis plus de trois mois; et une enquête du Sénat australien a appris des chefs de la défense que la migration induite par le changement climatique est l’une des plus grandes menaces pour la sécurité que le pays fait face à ce siècle.En septembre de l’année dernière, tous les 193 États membres de l’ONU ont adopté à l’unanimité la Déclaration de New York, qui a engagé les pays à rédiger deux nouveaux pactes mondiaux pour améliorer et renforcer les régimes de protection internationale pour les réfugiés et les migrants et partager les responsabilités pour leur protection.

Les compacts doivent être présentés à l’assemblée générale de l’ONU l’année prochaine.Les critiques ont soutenu que les pactes pourraient constituer une série de principes insolites et inapplicables, mais les partisans disent que les nouveaux documents sont une chance de réformer et de renforcer un régime mondial de réfugiés qui ne correspond pas à la demande de protection.Le système actuel ne fonctionne tout simplement pas”, a déclaré M. Koser.La moitié des réfugiés du monde se retrouvent dans des situations prolongées, sans solutions. Cela ne peut pas être la bonne solution. Les compactes pourraient être une occasion pour des réflexions inattendues et pour tester ces problèmes plus difficiles.Allée de catastrophe: l’Australie pourrait être destinée à recevoir une nouvelle vague de réfugiés climatiques.

Koser a déclaré qu’il ne croyait pas que le pacte de réfugiés serait «transformateur», mais a déclaré à The Guardian qu’il y avait un «élan inhabituel» entre les gouvernements, le secteur privé et la société civile pour trouver de nouvelles solutions.La Convention de 1951 sur les réfugiés a été écrite à la suite de la Deuxième Guerre mondiale pour faire face aux déplacements massifs causés par ce conflit. Il a suscité des critiques importantes pour être lourd et mal adapté aux déplacements modernes, mais il y a peu de partisans à l’abandonner, de peur que ce soit le remplacer, il serait plus faible, pas plus fort.Il y a actuellement plus de personnes déplacées de force de leurs maisons que dans presque tous les temps de l’histoire – plus de 65 millions, selon les derniers chiffres du HCR.Lors de la discussion sur un nouveau pacte mondial pour les réfugiés, l’Australie pourrait offrir des conseils techniques et financiers à de nouveaux pays de réinstallation, aider à créer de nouvelles voies pour les réfugiés (par exemple, parrainage communautaire ou privé) ou aider les voisins régionaux à fournir de l’aide humanitaire, selon le journal Lowy.Koser a déclaré que la réputation internationale de l’Australie avait été gravement endommagée par l’adoption de politiques de ligne dure pour les arrivées en bateau (tout en restant un pays formel de réinstallation formel), mais la «stigmatisation» autour des retournements de bateaux et de la détention en mer avait disparu à l’échelle mondiale.

Il y avait une stigmatisation très forte lorsque ces choses ont commencé à se produire, la communauté internationale était déshabillée, que ce bon citoyen international faisait quelque chose de si déplorable, faisait quelque chose qui évidemment entrainait les droits et la légalité. Les histoires que vous devez lire, dans un courriel. Il a déclaré que les pratiques de la ligne dure de l’Australie étaient devenues « normalisées » dans l’opinion internationale, voire même que les pays étaient confrontés à des flux migratoires croissants, considérés avec une  approbation tacite. L’Australie a réalisé ce que beaucoup de pays aimeraient atteindre. L’Europe aimerait empêcher les Syriens d’arriver

 Roberto Jones – Translated by Joseph Don
                                         
**********************************

AUSTRALIA AND REFUGEES

 

Australia has a “golden opportunity” to help shape worldwide refugee protection for the 21st century, and to “pre-empt future shocks” of forced migration in the region, a new Lowy Institute paper argues.The Asia-Pacific faces the possibility of massive forced migration, caused by conflict, climate change, or political upheaval, and it is in Australia’s national interests to contribute to and shape the emerging international compact on refugees, report author and Lowy fellow Dr Khalid Koser told the Guardian in Sydney.

“Australia is the key rich country in this part of the world, it’s one of the few parties to the refugees convention, but it should not be complacent.”

‘It’s time to act’: Liberal MP calls for Australia to take refugees from Manus and Nauru.
Acknowledging the ongoing controversies surrounding Australia’s hardline policies on boat-borne arrivals – in particular forcible boat turn-backs and indefinite offshore detention – Koser said current planning needed to consider migration flows over coming decades.“At the moment things are good in Australia, there are certainly issues, but you’ve turned back the boats, you’ve got management of migration, you’ve got management of resettlement. However, if there are large environmental issues, if there’s a war in Papua New Guinea, if Isis takes root in in the Philippines, there could suddenly be large numbers of people trying to come to Australia, and it should be in your interest to make sure that the international refugee regime responds more effectively.”

Signs of future mass migrations are present already: the violent government oppression of the Rohingya ethnic minority in Myanmar’s Rakhine state has sent tens of thousands fleeing over that country’s borders; Isis-inspired fighters have defied Philippine government forces on the island of Mindanao for more than three months; and an Australian Senate inquiry has heard from defence chiefs that climate change-induced migration is one of the greatest security threats the country faces this century.

In September last year, all 193 members states of the United Nations unanimously adopted the New York Declaration, which committed countries to drafting two new “global compacts” to improve and strengthen international protection regimes for refugees and for migrants, and to more equally share responsibility for their protection.The compacts are set to be presented to UN general assembly next year.Critics have argued the compacts may end up a series of bland, unenforceable principles, but supporters say the new documents are a chance to reform and strengthen a global refugee regime that is failing to match demand for protection.

“The current system is just not working,” Koser said. “Half the world’s refugees are just stuck in protracted situations, with no solutions. That can’t be the right solution. The compacts could be an opportunity for some out-of-the-box thinking and to test these more difficult issues.”
‘Disaster alley’: Australia could be set to receive new wave of climate refugees.
Koser said he didn’t believe the refugee compact would be “transformative”, but told The Guardian there was an “unusual momentum” across governments, the private sector, and civil society, towards finding new solutions.The 1951 Refugees Convention was written in the aftermath of World War II to address the massive displacement caused by that conflict. It has attracted significant criticism for being unwieldy and ill-suited to modern displacement, but there are few proponents to abandon it, for fear whatever might replace it would be weaker, not stronger.There are currently more people forcibly displaced from their homes than at almost any time in history – more than 65 million, according to the latest UNHCR figures.In discussion over a new global refugee compact, Australia could offer technical and financial advice to new resettlement countries, help create new pathways for refugees (such as community or private sponsorship), or help regional neighbours provide humanitarian assistance, the Lowy paper says.Koser says Australia’s international reputation had been severely damaged by its adoption of hardline policies for boat-borne arrivals (while remaining a strong formal resettlement country), but the “stigma” around boat turnbacks and offshore detention had faded globally.

“There was a very strong stigma when this stuff started happening, the international community was aghast, that this good international citizen was doing something so obviously deplorable, was doing something so obviously trespassing on rights and legality.”

He said Australia’s hardline practices had become “normalised” in international opinion, or even, as countries faced growing migration flows, regarded with a “tacit approval”.“Australia’s achieved what lots of countries would love to achieve. Europe would love to stop Syrians coming

Roberto Jones

*********************************************************************

Diana Frances Spencer
Née le 1ᵉʳ juillet 1961 à Sandringham et morte le 31 août 1997 à Paris, est une aristocrate britannique, épouse de Charles, prince de Galles, du 29 juillet 1981 au 28 août 1996, date de leur divorce.

Dodi Al-Fayed
Fills de Mohamed Al-Fayed et Samira Khashoggi
Son vrai nom Emad El-Din Mohamed Abdel Moneim Al-Fayed, est né le 15 avril 1955 à Alexandrie, et mort le 31 août 1997 à Paris dans un accident de voiture en compagnie de Lady Diana.
Princesse Diana, la femme qui a perdu le droit d’aimer a cause de son religion et race.
Avec son mariage de 1981, la princesse Diana a été considérée comme l’héroïne de la d’un conte de fées Royale. Elle est devenue le membre le plus populaire de la famille royale, qui provoquer certaine jalousie dans la famille royale. Une belle et compatissante princesse qui s’intéressait vraiment aux gens. Cependant, bien qu’elle a aimé le deux fils, sa relation avec le prince Charles s’est fanée et Diana a dû apprendre à survivre seule. Voici un aperçu de la façon dont elle a forgé un nouveau chemin au cours des dernières années avant sa mort prématurée à 36 ans le 31 août 1997.
Diana est connue pour deux contributions importantes à l’humanitarisme, bien que pendant sa vie, elle soit Présidente de plus de 100 organismes de bienfaisance. Cependant, son travail avec les mines terrestres et son travail en faveur des patients atteints du sida. Mines terrestres, la Princesse de Galles, a contribué à mettre la pression internationale pour interdire l’utilisation des mines terrestres. Son inquiétude face à l’utilisation des mines terrestres était en grande partie pour les personnes blessées, en particulier les enfants et les autres personnes victimes du conflit.
En regardant en arrière l’héritage de Diana, vous pouvez voir des thèmes très cohérents dans ses causes. Elle a été décrite comme compatissante et a toujours été vue en contact avec ceux que personne d’autre ne visiterait et ne toucheraient ceux que personne ne voulait toucher. Elle était également connue comme un champion pour les enfants qui avaient été oubliés ou abandonnés. Dernière phrase de vie de Diana, Dodi Al-Fayed à beaucoup contribuer.
Nous nous souvenons de vous Princess Diana et Dodi pour tous les sacrifices que vous avez faits pour ce monde ingrat et la société aveugler de son statut social qui ne pardons pas l’indifférence. L’accident restera un mystère pour toujours.
Dodi et Diana, ils s’aimaient et ils sont morts ensemble.

Que vous repose en paix !!
Joseph Don

**********************************************************
Diana Frances Spencer
Born on July 1, 1961 in Sandringham and died on August 31, 1997 in Paris, is a British aristocrat, wife of Charles, Prince of Wales, from July 29, 1981 to August 28, 1996, the date of their divorce.
Dodi Al-Fayed
Fills of Mohamed Al-Fayed and Samira Khashoggi
His real name is Emad El-Din Mohamed Abdel Moneim Al-Fayed, was born on April 15, 1955 in Alexandria, and died on August 31, 1997 in Paris in a car accident with Lady Diana.

Princess Diana, the woman who lost the right to love because of her religion and race.
With her 1981 wedding, Princess Diana was considered the heroine of a royal fairy tale. She became the most popular member of the royal family, which provoked some jealousy in the royal family. A beautiful and compassionate princess who was really interested in people. However, although she loved the two sons, her relationship with Prince Charles faded and Diana had to learn to survive alone. Here is an overview of how she forged a new path in the last few years before her untimely death at age 36 on August 31, 1997.
Diana is known for two important contributions to humanitarianism, although during her lifetime she presided of more than 100 charity organisations. And also, her work with anti landmines and her work for AIDS patients. Landmines, the Princess of Wales, has helped put international pressure to ban the use of landmines. Her battle to prohibit the use of landmines helped largely to reduse the number of injured, especially children and other victims of international conflicts.
Looking back at Diana’s legacy, you can see very consistent themes in her causes. She has been described as compassionate and has always been seen in contact with those whom no one else would visit and touch those whom no one wanted to touch. She was also known as a champion for children who had been forgotten or abandoned. Last part of the life of Diana, Dodi Al-Fayed also contributed financially to realise certain projects.
We remember you Princess Diana and Dodi for all the sacrifices you made for this ungrateful world and never forget that the society you lived was blind of it’s social status and never forgived social differences. The accident will remain a mystery forever.
Dodi and Diana, they loved each other and they died together.

May you rest in peace !!

Joseph Don

 

*****************************************

***********************************************************************

« Il ne faudrait pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait, au risque de créer des ruptures. Ce qu’il faut, c’est conforter le mouvement qui est engagé : l’investissement, la consommation, le pouvoir d’achat et éviter toute décision qui viendrait contrarier ce mouvement. » – François Hollande

Nous sommes étonnés d’entendre le déclaration Monsieur François Hollande concernant le la réforme du code du travail. Les Français vous a écarté de aréna politique et vous même bien compris la situation qui à influencer votre décision de ne pas représenter dans l’élection présidentiel de 2017.                                             Vous parlez de pouvoir d’achat. Pendent votre quinquennat baisse de pouvoir d’achat d’environ 50 à 70 euros pour bas salaire.Ce ne pas en diminuent pouvoir d’achat que on réussit une argumentation, la consommation.Comment vous les-vous on encourage les investissements, quand vous avez faire affoler investisseurs qui sont partir poser des valises dans des autre pays Européenne.

« Atlantico : Peut-on réellement considérer que l’investissement, en France a pu bénéficier d’un soutien de la part du gouvernement ? Comment analyser le fait que l’investissement public, en % de PIB, est aujourd’hui au plus bas depuis les années 50 ? »

http://www.atlantico.fr/decryptage/investissements-echec-total-francois-hollande-qui-en-avait-pourtant-fait-priorite-sarah-guillou-2752021.html

Votre conseil de gestion de la France mal venue et illégitime cas vos déclaration peut avoir une répercussion négative dans la négociation difficile de lois de travail.La France a vécu pendant des décennies avec un code de travail, vraiment archaïque sans véritable modernisations.Assouplissement code de travail peut apporter un véritable changement dans monde entreprise et de monde du travail donc création de emplois.                                                                                         En France, il manque une réal culture d’entreprise. Inculte en culture d’entreprise peut créer tout type problèmes sociaux. C’est été le cas de votre quinquennat.

Quand un Président de la république est élu manier constitutionnelle, il mérite d’être épauler une manière positive par les anciens présidents.                                  Les excellentes relations diplomatiques avec tous les dirigeant du monde et aussi les confiances développées par Président Emmanuel Macron concernant monde du Finance et des Affaires en France, est la base de certain ligne économique déjà commence à bouger.C’est n’était pas votre cas Monsieur Hollande. Je l’impression que vous avez oubliée, que vous avez commencé votre quinquennat en déclarent le finance est ennemie de la France.Nous nous avons une autre conception comme quoi les finance est la colonne vertébrale un pays. Mais une Finance correctement réguler et institutionnaliser, cas la France est un pays de libre entreprise et ne pas un pays communiste dictatoriale.                                                                               C’est été vous qui à déclarer 4000 euros est largement assez vivre. Est que vous avez suivi ce train de vie monsieur Hollande ?                                                            Avant tout pour avoir une développement économique un pays, il faut crée la confiance dans le structure de la principaux partenaires économique et évité des mesures politiquement correct.                                                                       Monsieur Hollande, Je vous a soutenu pendant votre quinquennat en tant que Président de la république et maintenant, avec tous les respects que je vous doit comme ancien président de la république, Je aime bien vous rappeler que vous n’est pas obligé de faire des déclarations intempestives par calcule politique.           Si vous voulez que les gens parlent de vous, Ce n’est pas la bonne méthode.Vous savez mieux que moi monsieur le Président, que on peut servir la France autrement. Calcule politique est très politicien, que vous n’est pas.                           Rester Homme d’état, que vous est, Monsieur Hollande. L’histoire se souviendra de vous sans doute.                                                                                                Joseph Don

Related posts